En regardant le film “Apocalypse now” de Francis Ford Coppola, sorti en 1979, je pense à une citation provocante de Guillaume Apollinaire : “Ah ! Dieu, que la guerre est jolie !” L’action se situe pendant la guerre du Vietnam et on peut faire un parallèle avec le film “Voyage au bout de l’enfer” dont nous avons déjà parlé dans un précédent article. Si nous étions souvent pris d’effroi dans ce film, là, bien au contraire, nous sommes conviés à un spectacle dont la mise en scène est flamboyante.

Tout est mis en oeuvre pour que nous puissions assister à un show pathétique sur fond de musique guerrière (la chevauchée des Walkyries de Richard Wagner), dont le bombardement au napalm de la côte vietnamienne par l’armée américaine constitue un feu d’artifice sordide mais non dénué d’esthétisme.

Le film raconte l’envoi en mission d’un capitaine de l’armée américaine, le capitaine Villard. Il est chargé de mettre hors d’état de nuire un colonel, le colonel Kurtz, qui a pris la tête d’indigènes réfugiés au fin fond de la jungle et qui se livrent à des expéditions punitives avec une cruauté particulière. Tout au long de cette expédition, le colonel Villard, interprété par Martin Sheen, apprend à se faire une opinion du colonel Kurtz, interprété par Marlon Brandon. Ses idées à son sujet évoluent au fur et à mesure de son voyage. Au terme de ce périple, nous assistons alors à une scène surréaliste où l’on aperçoit le colonel Kurtz régnant en maître sur une population indigène complètement soumise à ses ordres, sous l’emprise de la drogue. Des cérémonies incroyables nous sont révélées et la conclusion du film, que je me garderai bien de révéler, nous saisit de stupeur.

Le spectacle mis en scène est à la hauteur des moyens utilisés pour élaborer ce film. A juste titre, il a obtenu la palme d’or au festival de Cannes en 1979. Tout au long du tournage, des moyens considérables ont été mis en oeuvre. Tous ces efforts ont été réduits à néant lors d’une tempête qui a tout détruit. Cela a entraîné un retard dans le tournage, le temps de reconstituer tous les décors. D’autre part, une véritable malchance poursuivait l’équipe. La carrière de Francis Ford Coppola, le réalisateur faillit se terminer avec ce film. Le budget ne fut pas respecté et le film faillit être abandonné, menacé de faillite. Heureusement, le succès considérable du film vint sauver l’entreprise. Les problèmes de casting n’étaient pas en reste. Pour incarner le capitaine Villard, les acteurs se succédèrent. En plein tournage, Harvey Keitel fut remplacé par Martin Sheen, car le réalisateur n’était pas satisfait de la prestation de son acteur. Alors que Martin Sheen avait succédé à Harvey Keitel, il fut atteint par une crise cardiaque. Le temps de se rétablir, la durée du tournage fut allongé, grevant un peu plus le budget de la production. Au pire, on eut recours au frère de Martin Sheen pour le doubler dans des scènes secondaires.

Lino Ventura avait été pressenti pour interpréter des scènes françaises, mais il déclina l’offre car il détestait prendre l’avion et ne prenait que le train. Il était difficile de se rendre aux Philippines, là où se déroulait le tournage, en train. Cette idée fut donc abandonnée. Sur place, pour le tournage du film, des hélicoptères cambodgiens étaient mis à disposition. Cependant, pour la crédibilité du film, ces hélicoptères étaient peints chaque matin aux couleurs de l’armée américaine. Tous les soirs, il fallait les rendre en restituant les couleurs d’origine. Cela entraînait des dépenses supplémentaires. Bref, les difficultés s’enchaînaient sans cesse. Les occasions d’abandon étaient nombreuses. Heureusement, grâce à la persérance et au succès du film, les sommes investies purent être largement récupérées. Le film fut même bénéficiaire et la carrière de Coppola put être sauvée.

Faites vous une idée en découvrant la bande annonce ci-dessous :

bande annonce apocalypse now – Recherche Google

Puis visionnez ce film exceptionnel en cliquant ici pour vous le procurer.

Puis réagissez en mettant votre commentaire sous l’article.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •