Tout d’abord, un petit rappel physique évident : le sens de la vue est constitué de deux organes, les yeux, qui nous permettent de voir de face. Si nous voulons regarder sur le côté, il nous faut tourner la tête. D’autres animaux peuvent voir de face et sur le côté, comme les insectes par exemple. Leurs yeux sont constitués de multiples facettes qui leur permettent de distinguer leurs proies et aussi leurs prédateurs.

  • L’environnement immédiat.

En ce qui nous concerne, nous nous limitons bien souvent à notre vision de face. Nous ne sommes pas suffisamment attentifs à notre environnement immédiat et nous passons bien souvent à côté de richesses proches de nous et que nous négligeons. Ainsi, principalement en notre temps, nous sommes rivés sur notre écran d’ordinateur ou de télévision et nous explorons l’univers en négligeant ce qui est à notre portée. Certes, ces nouveaux outils dont nous disposons nous aident à élargir nos connaissances, mais qu’en est-il de notre quotidien ? Je pense qu’il nous faut prendre conscience du fait que nous ne sommes pas suffisamment attentifs aux objets qui nous entourent.

  • Prise de conscience

Tout d’abord, je vous propose de fermer les yeux. Essayons de nous représenter les objets présents dans la cuisine, la disposition de la salle à manger, du salon, tous les bibelots qui nous semblent familiers. Après vérification, nous nous rendrons compte, bien souvent, que des détails nous ont échappé et que pourtant nous voyons tous les jours. Attachons nous alors à examiner un objet tout simple : une chaise, la table, le buffet ou la commode à notre portée. Nous passons tous les jours devant et cela plusieurs fois par jour, mais nous n’y prêtons plus attention. Regardons cet objet attentivement, la courbure d’une ligne, le noeud du bois, un défaut dans la structure, la matière dans laquelle est fait cet objet, la consistance… Comme vous le voyez, il y a plein de choses à regarder, à remarquer. Des détails qui nous avaient échappé, réapparaîtront.

  • Mémorisation à court terme

Ensuite, mettons l’objet que nous avons étudié hors de notre portée. Prenons alors un papier et un crayon et essayons de dessiner l’objet que nous venons d’étudier. Nous prendrons alors conscience de la difficulté plus ou moins grande que nous avons à reconstituer un objet qui nous semble familier.

Un autre exercice consistera à tenter de reconstituer un objet familier de tête, sans l’avoir observé auparavant, comme nous venons de le voir. Nous tâcherons retrouver les détails caractéristiques de tel ou tel appareil ou ustensile de cuisine, par exemple. Même si nous ne sommes pas bons en dessins, cet exercice nous aidera à mieux nous remémorer de quoi, comment est fait tel ou tel objet dont nous servons peut-être tous les jours et auquel nous ne faisons plus attention. Puis nous comparerons notre chef-d’oeuvre avec l’objet original. Nous ne sommes pas à l’abri de surprises en notant les différences plus ou moins grandes que nous aurons alors constatées.

  • Mémorisation à long terme

Enfin, nous pourrons refaire le même exercice en essayant de reproduire par le dessin un paysage que nous croyons bien connaître. Là aussi, nous serons aussi étonné. A la longue, cet exercice pratiqué régulièrement nous fera développer le sens de l’observation. Nous serons plus attentifs à notre environnement. Nous serons plus sensible aux changements d’un paysage dans le courant de l’année et nous pourrons comparer plus facilement les saisons et leurs caractéristiques. Si nous faisons la même promenade sur deux ou trois saisons différentes, nous serons émerveillés par les beautés saisonnières que nous offre la nature. Si nous prenons l’habitude de dessiner ce que nous observons, du même coup, nous pourrons progresser dans cet art.

Petit à petit, partout où nous irons, nous remarquerons beaucoup plus facilement le remplacement d’une vitrine par une autre dans un magasin, la nouvelle disposition du mobilier urbain. Nous serons tout de suite alertés lorsqu’une modification quelconque apparaîtra. Il est d’ailleurs amusant de comparer des photos prises à un siècle d’intervalle. Nous pouvons remarquer ce qui est resté, ce qui n’existe plus ou ce qui a été rajouté. Nous pouvons noter aussi l’évolution de la mode vestimentaire.

Bref, en couchant sur le papier des dessins plus ou moins maladroits mais qui s’amélioreront grâce à la pratique, nous verrons justement notre sens de l’observation évoluer et nous remarquerons plus facilement la nature, les objets que nous croyons connaître sous un autre jour.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •