Un proverbe nous apprend que la nuit, tous les chats sont gris. Rien ne vient distinguer une chose d’une autre. Les nuits d’hiver s’étirent en longueur et nous pouvons nous laisser accaparer par une certaine morosité due au manque de soleil, au froid, à l’engourdissement qui nous saisit. Pourtant, malgré tout cela, nous pouvons faire de belles expériences pour développer nos sens. D’emblée, commencer en hiver n’est pas idéal.

Je propose donc d’effectuer des exercices pendant les nuits d’été. Ce temps semble plus profitable pour cela d’autant plus qu’en cette période, la plupart des gens sont en vacances et peuvent mieux profiter.

L’été, les nuits sont plus courtes. Le climat est beaucoup plus favorable pour éveiller nos sens. Profitons donc de ce temps de vacances pour veiller. Il sera d’ailleurs beaucoup plus facile de récupérer en faisant des grasses matinées. Au mois d’août, un spectacle féerique s’offre à nous : on peut assister aux trajectoires lumineuses des étoiles filantes. L’impression de petitesse nous envahit devant l’immensité de l’univers. Nous pouvons aussi profiter de ces nuits pour apercevoir grâce au télescope les planètes qui nous entourent, plus particulièrement les reliefs de la lune, les anneaux de Saturne. Certes, cela devient difficile aujourd’hui de regarder les étoiles même par une nuit sans nuage. La pollution lumineuse qui envahit les villes nous empêche de profiter du spectacle. Il nous faut alors rejoindre des endroits tout à fait enténébrés pour bénéficier du contraste apporté par la lumière des étoiles et des astres.

Nous pouvons également faire des randonnées de nuit. Parfois, la lune est tellement lumineuse que sa clarté suffit pour nous orienter dans la campagne. Nous distinguons la silhouette des arbres. Nous entendons le pas des animaux nocturnes dans les forêts. Le silence est total. Un sentiment de crainte peut nous envahir face à l’inconnu qui nous entoure. J’ai parfois fait l’expérience de passer la nuit dans un affût en pleine campagne, à proximité d’une forêt. Grâce à des lunettes infrarouges, j’ai pu assister au spectacle magnifique des animaux qui se promènent lentement, à la recherche d’une proie. Comment ne pas s’émerveiller devant la majesté d’un cerf. Pour cela, pas besoin de se rendre dans des endroits éloignés. Ce bonheur se trouve à proximité, parfois même tout près de nos maisons, si nous habitons à la campagne.

Pour les férus d’escalade en montagne, telle que pour le Mont Blanc, il faut partir de très bonne heure, alors qu’il fait encore nuit, pour pouvoir atteindre le sommet. Il nous faut rester concentrés en cheminant lentement, pas après pas, sur la pente plus ou moins raide. A ce moment là, vivre l’instant présent est primordial. Chaque pas est important et nous rapproche du but. La moindre distraction peut nous être fatale. Il nous faut rester focalisés sur l’accomplissement du geste correctement effectué. En même temps, une solidarité se crée entre les personnes encordées. Une confiance s’établit. Notre vie peut dépendre de la personne qui nous suit ou qui nous précède. Nous même pouvons être amenés à devenir une aide précieuse suite à un faux pas ou une maladresse de l’un ou de l’autre. Nous pouvons découvrir des sensations de fragilité ou de faiblesse face à une telle situation mais que de bienfaits retirés. Au fur et à mesure de notre évolution, la nature se découvre à nos yeux au gré du jour qui commence à pointer. Une sensation de liberté nous envahit, tous nos sens sont en éveil. A la faveur d’une pause pour récupérer, nous pouvons alors découvrir la beauté des montagnes qui se dressent autour de nous. Si nous arrivons au sommet avant l’apparition du soleil, une joie indicible nous empare devant la nature qui semble s’enflammer. Les nuages sous nos pieds forment une mer calme et tranquille.

Il m’a été souvent donné d’assister à un lever de soleil. Alors qu’il faisait toujours nuit, j’étais assis au bord de la mer. Bien avant le début du jour, les oiseaux commencent à chanter et semblent saluer la venue du soleil. Puis un disque rouge commence à émerger et se lève au dessus de l’horizon. Je crois bien que je ne me lasserai jamais devant un tel spectacle. Que de bienfaits retirés devant ce sentiment de plénitude, voire même de gratitude. Ainsi, à moindre frais, il nous est donné de profiter d’instants privilégiés et enrichissants, même en pleine nuit.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •