cinq sens pour s'accomplir

vivre l'instant présent au quotidien

La télévision : amie ou ennemie ?

Dans les années 1950, un nouvel appareil commence à pénétrer dans les foyers : la télévision. Son essor commence avec la première transmission en direct d’un événement qui a lieu en Angleterre en 1953, le couronnement de la reine Elisabeth II. Les gens se rassemblent devant les magasins pour suivre la cérémonie. Puis, rapidement, les familles font l’acquisition de cette nouveauté. Nous allons examiner l’évolution des rapports de la télévision dans la vie familiale. On peut en effet distinguer deux périodes : les débuts de la télévision, au moment où cet appareil était encore peu répandu, puis la période actuelle, où il n’est pas rare de voir chaque pièce munie d’un poste de télévision, ou d’un ordinateur qui fait office de téléviseur. Nous verrons dans ces deux cas si cet instrument a pu favoriser l’épanouissement de la vie familiale.

  • Les débuts de la télévision.

Dans les débuts de la télévision, peu de familles possédaient un tel appareil. Le coût en était alors encore assez élevé. Je me souviens qu’en 1965 environ, des amis de mes parents firent l’acquisition de cet appareil. Nous fûmes invités à découvrir les programmes proposés par une chaîne unique à l’époque. Régulièrement, nous étions invités à venir chez eux à l’occasion de telle ou telle émission populaire. Ainsi, nous allions voir le mercredi soir « La piste aux étoiles », ou bien le dimanche après-midi, une émission de variétés ou de sports. Ces émissions ont contribué fortement à renforcer les liens d’amitié. Parfois, une émission parlant d’un fait de société suscitait des échanges passionnés. Petit à petit, au fur et à mesure où les familles se munissaient de téléviseurs, cela provoquait des rencontres, des réunions où l’on pouvait échanger ses opinions. A cette époque, non seulement ces réunions ont consolidé les liens d’amitié, mais aussi par la même occasion, les liens familiaux. Parfois, il pouvait y avoir des discussions orageuses, mais toujours, on ramenait les choses à leur juste proportion et les fâcheries ne duraient jamais bien longtemps.

  • Une incitation à l’individualisme.

Aujourd’hui, il me semble que cela n’est plus la même chose. Souvent, dans chaque foyer, chaque pièce est équipée d’un appareil de télé et chacun peut regarder son programme favori. Les chaînes se sont multipliées et on peut trouver un programme qui correspond à chaque individu de la famille. Chacun regarde son émission de son côté. Il est de plus en plus difficile de trouver un programme commun qui puisse convenir à tout le monde à la fois. On résout donc le problème en s’isolant dans son petit cocon et on se déconnecte de la réalité en suivant individuellement son programme préféré. Le seul moment où la famille peut se retrouver est l’instant du repas. Cet instant privilégié peut être rapidement escamoté afin de retomber dans la dépendance de tel ou tel programme. De plus, à notre époque, ce phénomène me semble aggravé par l’apparition de jeux vidéos qui viennent supplanter les émissions. Les jeunes restent rivés devant leur écran et ont beaucoup de mal à s’en détacher. Ce n’est qu’au bout de plusieurs rappels que les enfants consentent à laisser leur jeu. Cette situation peut être une source de conflits qui, dans ce cas, ne favorisent pas l’épanouissement de la vie familiale.

  • Une occasion ratée de dialogue familial.

Ainsi, en fonction des périodes, une évolution s’est faite dans l’utilisation de la télévision. Si dans ces débuts, grâce notamment aux programmes uniques, les familles se retrouvaient pour échanger leur opinion à l’occasion d’une émission évoquant par exemple un problème de société, aujourd’hui, il n’en est plus de même, chaque membre de la famille ayant tendance à consommer son programme individuellement. Pour qu’un programme de télévision puisse contribuer à l’épanouissement de la famille, il faudrait que tous les membres conviennent d’un moment pour se mettre d’accord sur un programme. Mais devant la multiplication des chaines et des programmes, cela semble de plus en plus difficile. Aujourd’hui, il me semble que les moments de vacances familiaux, où tous se réunissent pour un temps de détente, sont le lieu où les familles peuvent se reconstruire et s’épanouir.

Pour vous, la télévision est-elle devenue un objet désuet ? L’ordinateur a-t-il supplanté cet appareil ? Réussissez-vous à trouver des programmes de qualité qui poussent aux débats entre membres de la famille ou entre amis ou collègues ? Vous pouvez partager la façon dont vous utilisez ou pas cet instrument.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  

Précédent

Pourquoi vouloir réinventer la roue ?

Suivant

Répercussion de la ségrégation dans le travail sur les loisirs.

  1. Comme pour tout dans la vie, une surconsommation est contre-productive.
    Je pense que la télévision n’est pas mauvaise tant qu’elle est consommée avec modération, mais surtout avec lucidité, en pleine conscience.
    La télévision “fast-food” est mauvaise car elle annihile tout jugement, toute réflexion. Mais la télévision comme source d’information, à condition de croiser l’information provenant de plusieurs sources, est un média aussi utile que la presse papier, web ou la radio.
    L’importance est d’être lucide sur les besoins que l’on a de regarder la télévision et sur les programmes que l’on choisit de regarder.

    • Jean-Michel Albert

      J’adhère complètement. Le commentaire est un excellent complément. Merci beaucoup.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Vous pouvez recevoir gratuitement le livre "Vaincre son stress"