Arthur Rimbaud termine son poème “Voyelles” par ces vers : “O, suprême Clairon plein des strideurs étranges / Silences traversés des Mondes et des Anges :  / – O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !” Ici la lettre O définit la couleur bleue. Cette couleur évoque le bleu de l’océan, le bleu du ciel.

  • La majesté de l’océan.

Lorsque j’étais enfant, j’ai grandi au bord de l’océan. Pour moi, j’étais habitué par l’immensité de la mer, et je n’étais pas surpris outre mesure par cette accumulation extraordinaire de tant d’eau. Je pris conscience de ce phénomène lorsque des personnes vinrent passer des vacances chez mes parents et découvrirent pour la première fois le spectacle de cette immensité. Ces nouveaux vacanciers n’en finissaient pas de s’extasier devant tant d’eau accumulé. Habitant en Vendée, en face de l’île de Ré, je m’amusai à leur faire croire que la bande de terre que nous apercevions était l’Amérique. Bien entendu, il n’en était rien. Au bout de quelque temps, j’avouais alors la vérité en disant que c’était bien l’ile de Ré que nous voyions en face de nous.

  • Le pouvoir du bleu.

Tout d’abord, il faut dire que la couleur bleue est pratiquement omniprésente dans notre univers. On dit qu’elle représente la force et le privilège. Elle possède une très grand force attractive et les publicitaires ne s’y trompent pas. Remarquez toutes les publicités où le bleu est utilisé. D’ailleurs, j’en veux pour preuve la marque “Facebook” qui utilise un bleu très particulier qui a contribué énormément à son succès. Cette nuance de bleu a le pouvoir d’enlever le stress et c’est pourquoi son côté relaxant est énormément utilisé. D’aucuns ont avancé le fait que si Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook,  avait choisi cette couleur, c’est tout simplement parce qu’il était daltonien, mais il me semble que cette explication n’est pas satisfaisante vu le sens extraordinaire que possède cet homme d’affaires avisé.

  • Un cas particulier : le bleu Klein.

Un autre bleu a été rendu célèbre dans le milieu de la peinture. Il s’agit du bleu Klein. Ce bleu est plutôt un bleu outremer combiné avec un liant dont la formule est restée secrète dont le procédé a été déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) en mai 1960, bien que personne ne puisse déposer une teinte auprès de cet organisme, selon la loi. Yves Klein a ainsi composé de nombreux tableaux monochromes à partir de ce bleu outremer et c’est pourquoi on peut parler de bleu Klein.

  • Méditation par le bleu.

Il est à remarquer également, que le bleu est peu présent dans la nature. On remarque cette couleur uniquement dans le ciel et dans la mer. Parfois j’aime beaucoup méditer sur une plage en regardant l’horizon pour essayer de distinguer le ciel et la mer qui parfois se confondent. Comme en pleine nature, se plonger dans l’immensité nous aide à prendre conscience du peu de chose que nous sommes. Mais en même temps, on ne peut être que rempli de reconnaissance devant une telle beauté.

  • Son pouvoir apaisant.

Cette couleur est tellement apaisante qu’elle est souvent employée dans les hôpitaux pour contribuer à rassurer les malades dans leur épreuve. Une teinte bleu claire sera plus propice à apporter le calme plutôt qu’un bleu sombre, plus inquiétant. Je me souviens également du film “Le grand bleu” qui racontait l’exploit d’un champion apnéiste Jacques Mayol. J’ai souvent regardé ce film à cause de son côté rassurant. Les paysages somptueux de Grèce qu’on pouvait y voir nous plongeaient dans l’admiration et contribuaient à nous faire voyager.

Vous pouvez partager également tout ce que peut vous apporter en bien cette couleur, son côté apaisant, stimulant et rassurant à la fois. Lorsque vous voyez une publicité utilisant le bleu, pouvez-vous analyser votre réaction ?

Pour finir cette série d’articles sur les couleurs, vous trouverez ci-dessous l’intégralité du poème d’Arthur Rimbaud : “Voyelles”.

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Arthur Rimbaud, Poésies

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •