Lorsque des étrangers viennent visiter notre pays, ils sont souvent déçus par l’attitude des Français à leur égard. Ils se plaignent de la façon dont ils sont accueillis en général. Effectivement, les Français ne semblent pas faire beaucoup d’effort pour adopter une attitude bienveillante vis-à-vis des touristes qui viennent visiter leur pays.

Plusieurs raisons me semblent expliquer cette attitude :

Tout d’abord, bien que la situation évolue peu à peu, les Français n’ont pas l’habitude de visiter d’autres pays étrangers. Ils se limitent à séjourner sur le territoire national et demeurent réticents à découvrir de nouveaux pays. A la limite, ils pourront s’aventurer dans un pays limitrophe, mais auront du mal à pousser leur exploration dans des pays plus éloignés.

Le changement d’habitude dû à une civilisation étrangère peut engendrer des craintes. Cette crainte peut être renforcée par le fait de ne pas parler la langue du pays visité. Il peut s’ensuivre un certain embarras, une certaine gêne qui peut aller jusqu’à la peur. D’où un sentiment de repli et de méfiance engendré par le fait de ne pas pouvoir se faire comprendre ou d’être dépaysé par d’autres coutumes qui ne leur sont pas familières, voire même déroutantes.

Lorsque des touristes étrangers viennent visiter la France, ils seront alors tentés, eux aussi, de projeter  leur sentiment de crainte. Les Français prennent alors leur distance et, au lieu de vouloir se rapprocher, ils auront tendance à adopter une attitude froide et austère. Les visiteurs s’en rendent compte rapidement et s’empressent de coller une étiquette négative à l’encontre de leurs hôtes ; ils déclareront alors que, s’ils viennent en France, c’est pour visiter les sites les plus prestigieux et réputés, et non pas pour se mêler à la population.

De plus, ce sentiment de crainte est renforcé par l’ignorance de la langue. Les Français ont du mal à comprendre et à se faire comprendre. Ils ne font pas beaucoup d’efforts pour compenser ce manque. Ils auront ainsi tendance à adopter une attitude d’ignorance, voire de rejet d’où le sentiment recueillis par les visiteurs que les Français sont hautains et méprisants.

Cependant, lorsque des visiteurs étrangers deviennent fidèles à une région, au cours du temps, un processus d’apprivoisement se met en place. Petit à petit, les gens apprennent à mieux se connaître et des liens finissent par se créer. Cela peut aboutir à une véritable estime. Un enrichissement réciproque peut s’effectuer. Les différences qui, au départ, pouvaient sembler un obstacle sont une occasion de partage et de compréhension. Ce processus peut prendre du temps. Alors y a-t-il un moyen d’accélérer cette démarche ?

Il me semble tout d’abord qu’il faut initier les Français aux langues étrangères dès le plus jeune âge. Des études sont effectuées pour connaître l’âge idéal pour commencer l’apprentissage des langues. On s’aperçoit que, plus les enfants commencent tôt la pratique d’une langue, plus ils sont à l’aise pour la communication. Le fait de connaître de plus en plus tôt une langue étrangère permet de découvrir les caractéristiques d’une civilisation. Les enfants seront ainsi plus ouverts et réceptifs au mode de vie étranger et s’étonneront moins de pratiques qui ne nous sont pas familières. La relation pourra ainsi être beaucoup plus spontanée et par voie de conséquence, chaleureuse.

En second lieu, il me semble important aussi de profiter de la présence des touristes étrangers pour organiser des rencontres avec les locaux. Cela pourra se faire par le biais d’échanges culturels, de tournois sportifs, qui permettront un apprentissage plus facile des différentes habitudes, des différents modes de vie de chaque nationalité. La mise en place de jumelages avec des villes étrangères contribue ainsi fortement à faire tomber les barrières. Les craintes s’envolent, la méfiance engendrée par la crainte disparaît et des liens d’amitié peuvent ainsi s’instaurer entre les peuples.

Le fait de connaître les habitudes des différents peuples rencontrés permet aussi de passer de l’étonnement condescendant à une attention délicate par rapport à des comportements qui ne sont pas familiers. Ainsi, par exemple, si on sait qu’au Japon les gens se saluent en faisant des courbettes, ceux-ci seront touchés par cette marque d’attention très importante pour eux ; ils se sentiront d’autant mieux accueillis grâce à cette attention qui les mettra plus facilement à l’aise. Ils seront alors plus enclins à découvrir également notre culture, des liens peuvent s’établir. Finalement, cela contribuera à détruire la mauvaise réputation qu’ils peuvent avoir des Français et seront sans doute encouragés pour prolonger davantage leur séjour dans notre pays.

Il est donc important que les Français connaissent les modes de vie et les habitudes alimentaires des étrangers qu’ils reçoivent pour être plus à leur disposition et respecter leur culture. Cela ne veut pas dire que les Français doivent renoncer à leur manière d’être. Il s’agira d’établir un équilibre entre les différentes pratiques des civilisations. Certes cela prend du temps, mais si un effort est fait en ce sens, cela peut se révéler payant. Pour cela, je pense qu’il faudrait veiller à ce que les Français pratiquent davantage le tourisme à l’étranger pour faciliter cet état de fait. Cela pourra se faire grâce à des sponsorings, des formules de voyage avec des prix attractifs, des échanges culturels et des échanges entre familles. On pourra privilégier l’immersion dans une famille qui fera découvrir son mode de vie et ses coutumes.

Ce sont là quelques pistes qui, me semble-t-il, peuvent contribuer à l’amélioration des relations entre les peuples. En effet, la connaissance de chaque être humain favorise la connaissance entre chaque peuple. Ainsi chacun, à son niveau, peut être un bâtisseur de paix grâce à son implication intéressée de la découverte de l’étranger qui pourra devenir un ami.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •