Un univers magique, des paysages de rêve, une histoire merveilleuse, des chansons entraînantes avec des chorégraphies surprenantes constituent en majorité la trame de “Mary Poppins”, film des studios Disney sorti en 1964 et réalisé par Robert Stevenson. Julie Andrews est parfaite dans le rôle titre. Nous la retrouverons d’ailleurs avec plaisir dans “La mélodie du bonheur”, film dont nous avons déjà parlé. 

Ce film est véritablement rempli de magie. En voici tout d’abord un résumé. Un père de famille cherche une gouvernante pour ses enfants particulièrement turbulents. Il fait donc paraître une annonce à laquelle de nombreuses postulantes se présentent. En parallèle, les enfants ont écrit une autre annonce tout à fait différente. Cette lettre finit dans la cheminée et un courant d’air l’envoie dans les nuages où réside Mary Poppins. Elle débarque alors chez la famille et effectue une véritable révolution dans la petite famille. Elle va véritablement transformer le comportement des enfants. Elle leur fait appliquer des méthodes dont on peut s’inspirer dans la vie quotidienne. Ainsi, concernant les tâches de la vie qui sont pénibles, elle leur indique une astuce efficace : il suffit de transformer les corvées en jeu. Nous pouvons tirer profit de cette belle leçon.

Tout le film est ponctué de scènes toutes plus féériques les unes que les autres. D’autre part, des personnages de dessin animé interviennent parmi les acteurs, ce qui nous donne des séquences étonnantes. On peut ainsi citer les passages où l’on voit des chevaux s’échapper d’un ménage et participer à une chasse à courre. On assiste à une chorégraphie dans laquelle des pingouins animés s’intègrent. Tout cela donne réellement un côté enchanteur qui nous fait retomber en enfance. Le film ne se prend pas trop au sérieux. Ainsi, lorsque des personnages se mettent à rire trop abondamment, on les voit s’envoler dans les airs, car le rire les rend légers.

On ne peut oublier l’air devenu célèbre dans lequel Mary Poppins prononce un mot très long et compliqué que l’on s’amuse encore aujourd’hui à prononcer : il s’agit du fameux “supercalifragilisticexpialidocious”. Pour réussir à le prononcer, il ne faut pas se laisser impressionner par la longueur du mot. On peut tout d’abord le déchiffrer lentement en le décomposant, puis, petit à petit, au fur et à mesure où e mot s’imprime dans notre mémoire, on peut le dire de plus en plus vite. On peut en tirer une leçon dans la vie de tous les jours. En effet, lorsqu’une tâche nous paraît compliquée à réaliser de prime abord, il suffit de la regarder, puis de la décomposer. Une tâche compliquée se décompose en plusieurs tâches faciles. Il s’agit donc de les effectuer les unes après les autres et l’on arrive à réussir cette tâche qui nous apparraisait insurmontable.

Le film, grâce à ces innovations, a obtenu un succès mérité, couronné par de nombreux prix. Pourtant, il faillit bien ne jamais voir le jour. Avant même son adaptation, l’auteur de cette histoire originale s’opposait à ce qu’elle soit portée à l’écran. Au bout de plusieurs années de tractations difficiles, les studios Walt Disney réussirent à obtenir les droits pour ce film, à des conditions sévères à respecter. Les studios n’ont pas respecté leurs engagements, mais le film a pu se faire quand même. Les conditions même du tournage étaient très compliquées. Il fallait aussi intégrer les dessins animés dans l’histoire. On eut recours au fameux écran vert devant lequel les acteurs jouaient. Cet écran vert permettait l’incrustation de personnages de dessins animés. Il fallait aussi veiller à la coordination entre les différentes scènes. Pour la scène où l’on peut voir les gouvernantes reçues par la famille s’envoler suite à un fort ouragan, on a utilisé tout un système de cordages qu’on a pu effacer au montage. On raconte que Julie Andrews harnaché dans ces cordages au moment où elle arrive ou repart dans les nuages a failli perdre la vie. En effet, l’un des cordages ayant cédé, elle a chuté de plusieurs mètres sur la scène. Heureusement, il y eut plus de peur que de mal.

Le fait de revoir ce film me donne beaucoup de plaisir encore aujourd’hui et j’aime ainsi retomber en enfance. Cela éveille de merveilleux souvenirs. Je me souviens des scènes que j’aimais revivre avec des copains et que nous nous amusions à reconstituer. Ce film, pour moi, est une véritable madeleine de Proust. En dernière minute, je viens d’apprendre qu’il est question de donner une suite à ce film. La sortie en est prévue pour la fin 2018. Je m’en réjouis à l’avance. On parle d’une apparition de Julie Andrews en hommage. J’ai hâte de voir le résultat. Pour vivre ou revivre ces moments, découvrez la bande annonce :

bande annonce mary poppins – Recherche Google

Et, surtout, achetez et regardez le film en cliquant ici.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •