Très récemment, j’ai eu l’occasion de visiter une exposition très enrichissante sur les musiques antiques au musée du Louvre à Lens. Elle présentait des instruments de musique antiques dont plusieurs dans un état de conservation remarquable. Ils avaient été découverts dans les tombeaux des pharaons ou de dignitaires égyptiens. On avait l’impression que ces instruments étaient comme neufs, alors qu’ils dataient en réalité d’environ 3000 ans. Le climat sec et le sol avaient contribué à la bonne conservation de ces instruments. Que l’on se rassure, si vous avez raté cette exposition.

Une très grande majorité des oeuvres présentées étaient constituées de statuettes, d’instruments, de sarcophages, de vases, en rapport avec le thème de l’exposition que l’on peut voir habituellement tout au long de l’année au musée du Louvre à Paris.

Tout au long de l’histoire, nous voyons donc que la musique est très présente dans l’humanité et joue un rôle essentiel dans notre vie. Il est frappant de constater que les différentes époques apportent leur propre style de musique ; cela peut nous révéler l’état d’esprit général qui régnait à telle ou telle période. Je ne sais pas si un livre a été écrit sur ce sujet, mais il me semble qu’il y aurait beaucoup à dire. En ce qui concerne chacun d’entre nous, il en est de même. En fonction de notre humeur, nous serons attirés pas une forme de musique.

La musique douce, méditative nous aide à nous concentrer, à entrer en nous-même. Elle contribue à nous détendre, à nous relaxer. Nous pouvons lâcher prise et nous abandonner totalement. Une musique plus rythmée nous entraîne dans des gestes saccadés. Nous frappons alors des mains ou des pieds au son des instruments. Nous nous déhanchons et nous laissons aller notre corps dans toutes les attitudes. Cela procure en nous des sensations de liberté. Le corps n’est plus soumis à des attitudes rigides. Ce temps est profitable pour se débarrasser du stress accumulé au cours de la semaine par exemple.

La musique peut nous plonger dans un état de bien-être, de jouissance, lorsque nous écoutons une mélodie que nous apprécions particulièrement. Elle nous donne, comme on dit, la chair de poule. Nos poils se hérissent, nous frémissons à l’écoute d’accords harmonieux. En ce qui me concerne, j’aime tout particulièrement “La Moldau” de Smetana qui nous emporte dans un état d’enivrement, nous donne l’impression de voler au-dessus du fleuve,  en en suivant tout le déroulement. Nous pouvons imaginer le paysage qui se déroule devant nous. La beauté de la campagne, les senteurs des fleurs… Nous retrouvons alors tout l’usage de nos sens mis à contribution grâce à cette musique particulièrement harmonieuse et descriptive.

Le rythme obsédant, répétitif du “Boléro” de Maurice Ravel peut, à la longue nous mettre dans un état de transe jubilatoire. “Les quatre saisons” de Vivaldi nous replongent au rythme des saisons. Je prends plaisir à réécouter l’un des quatre mouvements correspondant à la saison vécue. L’hiver et l’automne prennent alors un relief beaucoup plus agréable. Pas besoin d’antidépresseurs, de médicaments pour soigner la neurasthénie qui peut nous envahir devant la grisaille du temps. D’ailleurs, l’écoute de la musique peut servir de médicament efficace contre le blues qui peut alors nous envahir. Des études ont montré que les compositions de Mozart procuraient un effet bénéfique pour la santé. Il existe également des cas où on se sert de la musique pour apaiser et augmenter ainsi la productivité des animaux : les poules produisent de meilleurs oeufs et les vaches du meilleur lait. On a même constaté que les plantes étaient de meilleure qualité quand on diffusait de la musique dans les serres.

Enfin, une chose me frappe particulièrement. En effet, on peut constater que, partout dans le monde, à part quelques civilisations reculées, on emploie les mêmes signes musicaux. Ainsi, que l’on se trouve en Chine, en Russie, en Amérique, on pourra jouer sur une même partition sans aucun problème. Voilà un domaine dont on devrait prendre exemple pour construire la paix. Quelle que soit l’origine d’un morceau, on pourra facilement l’interpréter grâce aux conventions sur lesquelles tout le monde a pu se mettre d’accord. La musique participe à la pacification du monde. Les rencontres internationales, les festivals, rassemblent dans un même lieu tous les passionnés qui communient ensemble à une même beauté, malgré les différences. Chacun est plus attentif à son voisin et les échanges sont beaucoup plus efficaces et apportent davantage de résultats positifs.

Certes, on pourra objecter qu’elle peut avoir des côtés négatifs. Des dictateurs s’en servent pour galvaniser des foules. Sous le régime nazi, on faisait souvent appel aux compositions de Wagner pour conditionner les rassemblements. Tous étaient pris d’une sorte d’hypnose sous laquelle on pouvait leur faire entendre des discours de vengeance et de haine. En conséquence, vu les résultats catastrophiques obtenus, en Israël, Wagner fait l’objet d’un boycott. Même si aucun texte ne l’interdit, vous ne pourrez pas entendre l’une ou l’autre des oeuvres de ce compositeur, connu pour son antisémitisme. L’interdit a été levé une seule fois par Daniel Barenboïm, ce qui a provoqué un scandale dans le pays.

On peut donc voir que la musique est source de beaucoup de fruits tous plus enrichissants les uns que les autres. Je vous invite à partager quels sont les fruits que vous retirez de la musique, les bénéfices que vous obtenez si vous pratiquez un instrument.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •