Lorsque nous sommes en famille, une des sources de stress est l’éducation des enfants. Il n’est pas toujours évident de garder son calme devant l’attitude de nos enfants. Ils peuvent nous pousser à bout, nous exaspérer. Comment faire pour appliquer une éducation sereine, sans heurts, malgré les difficultés des caractères à affronter et à concilier ?

  • Rester ferme et bienveillant.

Bien que nous éduquions de la même façon nos enfants, ils ne réagissent pas forcément de la même façon. En fonction des caractères de chacun, les réactions seront différentes. D’après leur attitude, nous apprenons ainsi la spécificité de chacun. Dans notre éducation et notre manière de faire, il est très important de montrer beaucoup d’amour. Si nous imposons des contraintes, les enfants doivent sentir qu’il s’agit de leur bien. Je me souviens du témoignage d’un père de famille. Un jour, sa fille voulait aller au cinéma, mais elle n’avait pas terminé ses devoirs. Le père lui avait dit que le travail était prioritaire et que les loisirs ne venaient qu’une fois le travail accompli. L’enfant se mit à faire un caprice, se révolta, trépigna et finit par dire à son père qu’il était méchant et qu’elle ne l’aimait pas. Son père lui répondit alors : “Ce n’est pas grave si tu ne m’aimes pas. Moi, au contraire, je t’aime beaucoup.” Le fait d’avoir exprimé son amour à sa fille est très important, voire vital. Cette réflexion était entrée dans le coeur de l’enfant. Quelques heures plus tard, une fois calmée, la fillette est revenue dans les bras de son père pour lui demander pardon.

  • Aller à l’essentiel.

Sans avoir eu besoin de crier, de hurler pour se faire obéir, le père avait su montrer son autorité. Il ne s’agit pas là d’autorité répressive, qui rabaisse ou humilie. Au contraire, l’exercice de l’autorité doit être bienveillante et ferme à la fois. Elle permet de faire grandir et aide à responsabiliser l’enfant. Petit à petit, grâce aux frustrations vécues, l’enfant apprendra à connaître les priorités à mettre en place pour son bien. Il évitera ainsi de perdre son temps dans les futilités qui n’amènent rien et s’attachera davantage à des activités enrichissantes. Grâce aux barrières érigées par les parents, les enfants ne s’égareront pas dans des dangers potentiels.

  • Tenir compte de la fragilité des enfants.

Ainsi, l’autre jour, je suis allé voir le film “Red sparrow”. Ce film d’espionnage que j’ai beaucoup aimé, grâce aux scènes d’action et de suspense, est émaillé de scènes particulièrement violentes avec des scènes de torture ou de sexe. Quelle ne fut pas ma surprise de voir entrer dans la salle un jeune couple accompagné de leur gamine d’à peu près 8 ans. Je m’imagine les ravages psychologiques énormes qu’a dû subir cette enfant. Je me suis beaucoup interrogé pour savoir si je ne devais pas intervenir afin d’avertir les parents de la nocivité que cela pouvait apporter à leur enfant. Je me demandais si je n’était pas complice de non assistance de personne en danger. Avec beaucoup de remords, je vérifiai quand même l’âge au dessous duquel ce film était interdit. Là, nouveau coup de massue. Il s’agissait d’un film… “Tout public”. J’ai alors beaucoup songé à cette enfant, victime de cauchemars, hantée par les scènes violentes auxquelles elle avait assisté. Pour peu qu’elle s’identifie aux personnages, particulièrement à l’héroïne du film, on s’imagine des dégâts futurs que cela pourra entraîner.

  • Comment rester cohérent.

Concernant l’éducation sexuelle, on s’indigne à juste titre de la grande facilité d’accès des jeunes à des sites pornographiques. Les limites d’accès pour les mineurs sont complètement inefficaces et, aujourd’hui, la grande majorité d’entre eux ont vu de telles scènes. La société est outrée devant de tels agissements, mais en même temps, on peut dire qu’elle les encourage. Ainsi, sous prétexte de prévention, les collèges et les lycées distribuent à tour de bras les préservatifs, se faisant les promoteurs de rites sexuels blâmables. Elle désigne l’amour comme un produit de consommation et présente le corps comme un objet dévalorisé. Comment s’expliquer de telles contradictions ? Cela me rappelle une citation de Bossuet disant : “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.” Il y aurait beaucoup à dire sur cette citation datant du XVIIème siècle, qui résume bien, je pense, la situation actuelle.

J’espère ainsi montrer par ces exemples qu’il est important d’être cohérent dans l’éducation prodiguée à nos enfants. D’ailleurs, ils sont souvent prompts à relever ces contradictions et peuvent jouer dessus pour décridibiliser leurs éducateurs. Ceux-ci perdent ainsi leur autorité et ne peuvent plus exercer leur pouvoir éducatif.

J’ai découvert une méthode simple et ludique qui nous aide à élever nos enfants. Découvrez-la dans le lien ci-dessous :

http://www.droledemaman.com/arreter-de-crier-sur-ses-enfants/

Vous pouvez aussi d’autres articles en allant visiter mon blog et aussi obtenir le livre gratuit qui vous est proposé en cadeau de bienvenue.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •