On ne peut pas plaire à tout le monde. On entend souvent cette expression pour justifier le fait qu’une personne ne nous aime pas. Cette phrase est véridique, du fait que nous soyons constitués de caractères différents. On dit aussi qu’il faut de tout pour faire un monde. Cette affirmation passe mieux du fait de son côté positif. Il s’agit à mon sens de deux manières pour dire la même chose, à savoir qu’il faudrait arriver à accepter nos différences.

  • On ne peut pas plaire à tout le monde.

Concernant ce premier postulat, il y a deux façons de recevoir cette réflexion. On peut la prendre d’une façon négative. On se dit qu’on a déçu quelqu’un de notre entourage ou pas. Devant cette réaction négative, nous pouvons nous sentir blessé, atteint dans notre amour propre. Nous sentons que nous n’avons pas été à la hauteur de la situation. Nous commençons alors à nous culpabiliser et nous nous refermons sur nous. Le stress peut alors nous gagner et nous devenons moroses. Si la remarque est justifiée, cela peut alors nous faire grandir et nous pouvons alors tenir compte de cette réflexion pour nous améliorer. Au contraire, si cette remarque est injustifiée, qu’elle a été faite uniquement dans le but de faire mal, il convient alors de ne pas l’accepter. Il s’agit alors de passer outre et de rejeter cette réflexion qui nous est nocive. Ne gardons pas ce qui peut faire mal, d’autant plus que cela peut entraîner des maladies.

Un jour, une personne vint me voir pour me dire qu’elle avait entendu une réflexion à mon sujet qui était négative. Elle s’apprêtait à me révéler le contenu de ces propos complètement gratuits. Je lui ai demandé si ces réflexions étaient justifiées. Lorsqu’elle m’a répondu par la négative, je lui ai alors dit que je n’étais pas intéressé par cela. Cela n’amenait à rien. Inutile de perdre son temps. Les gens sont libres de penser ce qu’ils veulent de moi. Le fait de dire cela, de vivre sans crainte du qu’en dira-t-on, nous donne réellement une sensation de liberté. Cela enlève la crainte du regard des autres et, dans la mesure où nous restons corrects et que nous ne dépassons pas les limites de la moralité, ou que nous respectons la liberté d’autrui, nous sommes libres alors d’agir comme nous le voulons.

  •  Il faut de tout pour faire un monde.

Dans la première partie, je me situais du côté du partenaire avec qui nous avions affaire. Vu de mon côté, le champ est plus large et je suis mieux à même d’accueillir les personnes qui m’entourent. Comme tout un chacun, je suis plus attiré par telle ou telle personne en fonction justement de mon caractère. Sauf que dans ce cas, je peux mieux maîtriser ma relation et je suis libre d’accepter ou non mon entourage. Avec les amis, bien entendu, il n’y a pas de problèmes. Tout se passe bien et on a plaisir à se retrouver pour échanger nos avis, nos passions communes ou complémentaires.

En revanche, concernant des personnes qui ne font pas partie de mon univers, des personnes qui me paraissent antipathiques, deux alternatives se présentent : la solution de facilité consiste à ignorer superbement l’importun et de faire comme s’il n’existait pas. Mais un autre choix se présente devant moi : cet importun qui ose venir me déranger, s’il avait quelque chose à m’apporter ! La chose qui m’énerve, le comportement qui m’exaspère, peuvent être un révélateur sur une blessure cachée, un rappel d’un souvenir enfoui dans notre mémoire. Une fois ce problème identifié, après avoir donné un nom à ce problème, il est alors beaucoup plus facile de guérir de cette blessure, de ce problème, voire même de la maladie provoquée par nos blessures. Finalement, grâce à nos “ennemis”, nous avons pu bénéficier à moindre frais d’un travail sur soi et agir en conséquence.

A partir de là, notre haine, même si le mot peut paraître fort, pourra se transformer en reconnaissance vis à vis de cette personne. Pour autant, aller lui sauter au cou pour le remercier pourra sembler étrange. Ce nouvel ami nous prendra sûrement pour un fou, il pensera que nous sommes un peu dérangés. En fonction de ce que j’ai dit au tout début de cet article, cela ne devrait pas poser de problèmes pour nous puisque nous sommes sortis du regard, du jugement des autres. Cela dit, il convient de ne pas trop brusquer les choses et il s’agira alors d’agir subtilement pour, on va dire, s’amuser, prendre plaisir à changer notre attitude. Cela va sûrement nous demander de sortir de notre zone de confort, mais vous serez surpris du résultat.

  • Une expérience vécue.

Afin de pouvoir arriver à ce résultat, je vous propose un exercice que vous pouvez prendre sous la forme d’un jeu. Prenez une feuille de papier et un crayon. Faites une liste de personnes que vous connaissez en inscrivant en premier le nom de la personne qui vous est la plus chère, puis celle qui vient juste après. Au fur et à mesure, vous mettez les personnes que vous aimez le moins et vous terminez la liste en notant les personnes que vous haïssez le plus. Faites très sérieusement cet exercice et prenez bien le temps de le réaliser. Une fois que vous avez terminé, prenez le dernier nom que vous avez inscrit sur votre liste. En l’occurrence, il va s’agir  de la personne que vous haïssez le plus au monde. Vous notez donc les comportements qui vous agacent, les réflexions qui vous énervent et les habitudes qui vous exaspèrent. En général, il est très facile de trouver ces défauts. Ensuite, vous allez vous efforcer, tout en vous amusant, à rendre un service à cette personne à son insu, sans qu’elle sache que le cadeau ou le service rendu vienne de vous.

Quelques temps plus tard, vous renouvelez l’opération. Vous verrez que, petit à petit, les relations vont changer et la haine pourra se transformer en amitié. De plus, si vous faite usage de l’une des armes antistress que je révèle dans mon fascicule gratuit et que vous pouvez toujours télécharger, vous serez réellement surpris du résultat.

Au bout d’un certain temps, si vous faites une nouvelle liste et que vous la comparez à la première, là aussi, vous tomberez des nues en faisant cette comparaison. Je vous laisse découvrir ce résultat.

Bonne découverte et surtout, partagez !!!

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •