Le film “West Side Story” a été réalisé en 1961 par Robert Wise, secondé par Jérôme Robbins. Il s’agit d’une comédie musicale dont la partition est signée par Léonard Bernstein. L’action se situe dans un quartier de New York, où deux bandes rivales s’affrontent, les Sharks, migrants portoricains et les Jets, de milieu plutôt irlandais et polonais. Il s’agit là de l’adaptation d’une comédie musicale théâtrale qui avait été montée à Broadway en 1957, inspiré de “Roméo et Juliette”, de William Shakespeare, entre adolescents.

Au sein de deux bandes rivales, un amour va naître entre l’un des protagonistes de chacune de ces bandes, à savoir entre Tony, de la bande des Jets et Maria, du milieu opposé, lors d’un bal organisé dans le quartier. Lorsque j’ai découvert ce film pour la première fois, j’ai été subjugué par la musique entraînante et aussi par la chorégraphie. J’avais été particulièrement frappé par l’introduction du film où on peut voir une vue aérienne de New York, puis les claquements de doigts. Le film démarre doucement, et nous sommes de plus en plus emportés par la mélodie.

Je me souviens avoir découvert ce film dans une salle mythique de Paris, le Kinopanorama. J’en profite d’ailleurs pour dire que ce fut ma salle préférée et que je ne ratais aucun événement s’y produisant. Lorsque cette salle a fermé ses portes, j’en fus tellement choqué que j’ai eu du mal à m’en remettre. Mais, bon, on s’éloigne du sujet, et je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée émue. Ainsi, je souhaite par cette réflexion, rendre hommage à ce temple du cinéma, remplacé aujourd’hui par une salle de sports.

Mais, revenons à notre sujet. Je souhaite mentionner spécialement les acteurs de ce film, avec, tout d’abord, Nathalie Wood dans le rôle de Maria. J’ai été séduit par sa fraîcheur et son naturel. La grâce qu’elle dégage dans son interprétation chorégraphiée est particulièrement touchante. Nous avons affaire là à une interprète de haute tenue, plusieurs fois nommée et récompensée. Nous ne pouvons qu’être chagrinés par les circonstances tragiques de sa disparition en 1981. Richard Beymer, l’interprète de Tony, réussit à nous restituer un Tony amoureux, langoureux éperdu de Maria.

Il ne faudrait pas oublier les rôles secondaires. Je pense entre autres à Anita Moreno apportant une note humoristique dans cette tragédie. Elle interprète brillamment le rôle d’Anita. Elle-même d’origine portoricaine, elle possède tous les atouts et toutes les qualités requises pour ce film. Il faut noter sa truculence et son énergie débordante. D’ailleurs, elle est l’une des rares actrices récompensées dans les quatre distinctions majeures remises aux Etats-Unis, telles que l’Emmy, le Grammy, l’Oscar et le Tony. Concernant ce film, elle a justement obtenu l’Oscar du meilleur second rôle féminin.

A signaler également les chorégraphies féériques qui nous éblouissent par leur virtuosité. Elles sont devenues célèbres grâce à des apports originaux, tels que les claquements de doigt, dont j’ai déjà parlé et bien d’autres nouveautés qui ont marqué l’histoire du cinéma. Tous les éléments du décor servent de support à ces chorégraphies.

Ce film a connu un très grand succès à sa sortie. Il venait couronner le triomphe de la pièce originale donnée à Brodway. Le film permettait ainsi au plus grand nombre de profiter de l’oeuvre et l’adaptation au cinéma  s’est montrée fidèle à la pièce originale, ce qui n’est pas toujours le cas.

Faites-vous déjà une première idée du film grâce à la bande annonce où l’on voit les premières séquences :

bande annonce west side story – Recherche Google

Vous aurez alors sûrement envie de vous procurer le film. Cliquez ici pour l’obtenir.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •